Wall Street : La hausse des rendements obligataires mine le marché

Sale journée à Wall Street. Les deux derniers jours de gains durement acquis (qui avaient vu le S&P 500 réussir à revenir en territoire positif sur la semaine au-dessus de 3920 à partir des plus bas de mardi juste au-dessus de 3800) ont été anéantis.

Le S&P 500 a chuté de près de 100 points jeudi, à 3829, soit une baisse de 2,34%. L’indice Nasdaq 100 a connu des pertes encore plus importantes, chutant de 3,56% juste au-dessus de la barre des 12 800. Pendant ce temps, le Dow a perdu 1,75 % et le Russell 2000 a terminé en baisse de 3,69 %. L’indice de volatilité CBOE (également appelé VIX) a augmenté de 7,55 pour terminer la session à 28,89, son plus haut niveau depuis le 1er février.

Les performances sectorielles ont eu un biais défensif sans surprise, les services publics étant les plus performants (mais terminant toujours 0,98% plus bas) et les secteurs de la consommation discrétionnaire et des technologies de l’information les moins performants (chutant respectivement de 3,61% et 3,53%).

La hausse des coûts d’emprunt du gouvernement américain a été le principal moteur de la baisse du marché des actions jeudi. La liquidation du marché obligataire, qui est à peu près tout ce dont les participants au marché ont parlé, a vu les rendements obligataires américains à 5 et 7 ans augmenter de 20 points de base à leur plus haut niveau et les rendements à 10 ans augmenter de près de 15 points de base (à plus de 1,50 %) à leur plus haut niveau. Les rendements réels ont également progressé ; le rendement des obligations TIPS à 10 ans a atteint de nouveaux sommets sur huit mois et se rapproche maintenant de la barre des -0,6 %, une hausse incroyable étant donné que l’obligation a commencé la journée avec un rendement inférieur à -0,8 %. Il va sans dire qu’il s’agit de la plus forte hausse des rendements réels depuis que la pandémie de Covid-19 a provoqué une panique sur les marchés au premier trimestre 2020.

L’indice de valeur S&P 500, qui contient des actions comparativement moins exposées à la hausse des coûts d’emprunt à long terme, a terminé la séance en baisse de 1,89 %. Les titres de croissance et de momentum plus fortement exposés ont terminé la séance en baisse de 2,96 %. Mais aucun n’a échappé à la cascade ; le rendement américain sur 10 ans dépassant le rendement moyen des dividendes d’une société du S&P 500 (1,48 %) a semblé être pris comme un signal de vente à l’échelle du marché des actions.

Bien que les responsables de la Fed aient assuré aux marchés qu’ils ne resserreraient pas leur politique dans un avenir proche, étant donné que la banque est encore loin de ses objectifs politiques, ils n’ont pas signalé d’inquiétude quant à la hausse des rendements obligataires. Cela semble avoir été pris comme un “feu vert” pour une nouvelle hausse. En attendant, des données américaines décentes (demandes hebdomadaires d’allocations chômage, commandes de biens durables et PIB), les flux de fin de mois et la vente systématique d’algorithmes de suivi des tendances sont également cités comme poussant les rendements à la hausse, ainsi qu’une très mauvaise vente aux enchères d’obligations américaines à 7 ans qui a montré le faible appétit des investisseurs pour les nouvelles dettes du gouvernement américain.

Les acteurs de marché ont deux questions en tête lorsqu’ils quittent leur bureau jeudi : jusqu’à quand cette vente d’obligations peut-elle se poursuivre ? et combien de temps avant que la Fed ne change d’avis et que pourrait-elle alors faire pour plafonner les rendements ?

Il est pratiquement impossible de répondre à la première question à ce stade, car la liquidation semble être dictée par la psychologie du marché plutôt que par les fondamentaux (c’est-à-dire la vente de panique, la capitulation et le déclenchement de stop loss). Certains analystes du marché ont souligné que si l’inflation de base de janvier (la mesure d’inflation préférée de la Fed) est plus élevée que prévu, cela pourrait être le catalyseur d’une nouvelle hausse des rendements obligataires. Si cela se produit, attendez-vous à une hausse des rendements obligataires et très probablement à une baisse des marchés boursiers.

La deuxième question est une autre sur laquelle on ne peut que spéculer, mais un point de déclenchement de l’action de la Fed pourrait être le fait que la liquidation du marché boursier commence vraiment à devenir pessimiste, c’est-à-dire une baisse de 10 % ou plus. Comme la banque centrale l’a montré à maintes reprises dans le passé, lorsque le marché boursier commence vraiment à s’effondrer, elle peut être et sera poussée à agir.

En ce qui concerne ce qu’ils pourraient faire, certains membres de la Fed parlent déjà de la possibilité pour la Fed d’ajuster la durée moyenne pondérée de son programme d’achat d’obligations en faveur d’obligations à plus long terme (ce qu’on appelle un “twist”). Une telle mesure pourrait permettre de réduire la hausse des rendements obligataires à long terme, mais pourrait ne pas être considérée comme “suffisante” par les investisseurs en actions.

La Fed pourrait aussi annoncer un contrôle de la courbe des taux, c’est-à-dire plafonner les rendements obligataires à un certain niveau en s’engageant à acheter des obligations en quantités illimitées pour maintenir les rendements à ce niveau. Le seul problème est que si ce sont les anticipations d’inflation qui font augmenter les rendements, une augmentation du QE en quantité potentiellement illimitée augmentera encore la masse monétaire et renforcera les anticipations d’inflation et la pression à la hausse sur les rendements (certains ont comparé la politique du YCC à la lutte contre un incendie avec de l’essence). Plus simplement, la Fed pourrait simplement annoncer une augmentation de ses achats mensuels d’actifs, qui s’élèvent actuellement à 120 milliards de dollars par mois (dont 80 milliards de dollars de bons du Trésor).



Gilles Santacreu

Gilles Santacreu

Gilles Santacreu est un pur autodidacte, passionné de chiffres et de l'univers boursier, il développe lui-même ses propres stratégies de trading automatique.
Administrateur du site BoursiKoter.com, algo forex trader pour compte propre, analyste technique, auteur du livre "Maitrisez le Bourse" disponible ici , et animateur de conférences au salon du trading, il est reconnu pour son sens pédagogique, et partage le fruit de ses recherches d'une manière simple, mais efficace...

Voir tous les posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

activtrades

Courtiers Partenaires

livre bourse

Restez informés

Abonnez vous à la newsletter

captcha

activtrades

Posts Récents du Forum