boursikoter.com >> Actualités >> News >> Wall Street : La consolidation des actions se poursuit, proche des plus hauts niveaux historiques

Wall Street : La consolidation des actions se poursuit, proche des plus hauts niveaux historiques

-Le S&P 500 et le Nasdaq 100 ont terminé à l’équilibre mais le Dow-Jones et le Russell 2000 ont progressé.
-La hausse des rendements obligataires américains n’a pas encore sérieusement entamé le sentiment haussier des marchés boursiers.
-Les données de l’IPC américain et l’annonce du plan de relance de Joe Biden seront les événements clés à surveiller.

L’indice S&P 500 et le Nasdaq 100 ont tous deux clôturé la séance à l’équilibre , le premier ayant de nouveau brièvement baissé sous les 3800, pour ensuite remonter brusquement à la hausse. Le Nasdaq 100, quant à lui, a résisté à une chute, concédant 12800 pour revenir aux niveaux actuels vers 12900. Ces deux indices restent proches des niveaux historiques et des valorisations qu’un ensemble d’analystes pense être surévaluées.

Pendant ce temps, l’indice Dow Jones des valeurs industrielles a clôturé la session avec des gains modestes de 0,2 %, ce qui a permis à l’indice de clôturer au-dessus de 31 000, tandis que le Russell 2000 a connu les gains plus impressionnants de 1,67 %, portant l’indice à un nouveau record de clôture à 2125.

La hausse des prix des matières premières a stimulé le secteur de l’énergie (+3,5 %), le secteur des matériaux (+1,34 %), tandis que la hausse des rendements obligataires a donné un coup de pouce de 1,06 % au secteur financier. Les constructeurs automobiles ont également obtenu de bons résultats : Tesla a progressé de 4,7 % après s’être fait enregistrer pour lancer sa présence en Inde et après que sa voiture modèle Y ait réussi son test de collision et de sécurité de la NHTSA et obtenu une note de cinq étoiles. General Motors a fait encore mieux en annonçant que 500 de ses nouveaux fourgons commerciaux électriques BrightDrop seraient livrés à FedEx d’ici la fin de l’année.

Les actions seront en alerte en attendant le chiffre de l’inflation des prix à la consommation aux États-Unis, afin de voir si la récente hausse des attentes en matière d’inflation, qui a vu les seuils de rentabilité passer d’environ 1,7 % en novembre 2020 à plus de 2,0 %, commencera à se traduire par des données concrètes. Si les données, qui sont publiées à 13h30 GMT, montrent une reprise significative, cela pourrait bénéficier aux actifs sensibles à l’inflation.

En attendant, le nouveau président américain Joe Biden dévoilera officiellement son plan de relance budgétaire en cas de pandémie, même si l’annonce ne sera pas orientée vers la fiscalité ni les infrastructures. Un plan plus important que prévu pourrait bien déclencher une nouvelle hausse des actions et des rendements obligataires.

Les marchés d’actions américains ne montrent pas encore de signes significatifs d’hésitation face à une hausse persistante des rendements obligataires américains. Certes, les rendements à 10 ans ont peut-être atteint mardi leurs plus hauts niveaux depuis mars 2020, à savoir plus de 1,17 %, mais les investisseurs  actions semblent apaisés par le fait que la quasi-totalité de la hausse par rapport aux plus bas niveaux de début août, juste au-dessus de 0,5 %, a été entraînée par la hausse des attentes en matière d’inflation, qui, sur la même période, ont augmenté d’environ 0,4 %. En effet, bien que les rendements réels se soient redressés ces derniers jours, ils restent proches de leurs plus bas niveaux récents ; le rendement TIPS à 10 ans se situe actuellement à -0,95 %, soit un peu plus de 15 points de base seulement au-dessus des plus bas historiques.

La hausse des rendements américains, mentionnée ci-dessus, s’est accélérée depuis le 5 janvier, après que les démocrates ont obtenu une majorité dans les deux chambres du Congrès, ce qui a permis de mettre en place des mesures de relance budgétaire bien plus importantes. Ces mesures seront bien sûr financées par le déficit, ce qui signifie que de nombreuses nouvelles émissions de dette exerceront une pression à la hausse sur les rendements, stimuleront les attentes en matière d’inflation (les points morts à 10 ans sont toujours bien supérieurs à 2,0 %) et contribueront à l’accélération de la reprise économique américaine et mondiale en 2021.

En attendant, de nombreux responsables de la Fed se sont exprimés ces derniers jours et ont indiqué qu’ils n’étaient pas trop troublés par la récente hausse des rendements ; cela est principalement dû au fait qu’elle a été entraînée par la hausse des attentes en matière d’inflation, que la Fed souhaite, et que les rendements réels sont toujours proches des plus bas niveaux jamais atteints. Toutefois, dans un contexte où l’on parle de plus en plus d’une éventuelle réduction plus rapide que prévu du programme d’achat d’actifs en cours de la Fed, les responsables ont généralement tenu à souligner qu’il est encore beaucoup trop tôt dans la reprise pour parler d’une réduction ou d’un changement de politique de quelque manière que ce soit.

Le fait que la Fed tienne tant à souligner que sa politique ultra-accommodante ne va nulle part dans un avenir proche pourrait contribuer à une nouvelle hausse soutenue des attentes en matière d’inflation, ce qui pourrait contribuer à une nouvelle hausse des rendements obligataires nominaux, mais devrait maintenir les rendements réels à un niveau relativement bas, ce qui devrait empêcher les marchés boursiers de devenir trop prudents. Si les rendements réels devaient effectivement connaître une hausse durable, cela représenterait une menace bien plus grande pour les marchés boursiers. Pour l’instant cependant, avec un rendement TIPS à 10 ans de -0,95%, les investisseurs en bourse peuvent être assurés que TINA ne va nulle part pour l’instant (TINA étant un acronyme signifiant “There Is No Alternative” en référence à la façon dont les investisseurs ne peuvent plus acheter d’obligations mais doivent au contraire acheter des actions s’ils veulent un rendement quelconque).

Ailleurs, les démocrates ont indiqué mardi qu’ils donneraient au président américain Donald Trump une dernière chance de quitter ses fonctions avant la fin de son mandat ou qu’ils poursuivraient la mise en accusation. Les démocrates craignent qu’en poursuivant la mise en accusation du président américain Donald Trump pour son implication présumée dans les émeutes de la semaine dernière au Capitole, ils puissent entraver l’agenda du nouveau président américain Biden en retardant l’adoption d’un autre paquet d’aide fiscale Covid-19 ou en retardant la confirmation des personnes qu’il a nommées.



Gilles Santacreu

Gilles Santacreu

Gilles Santacreu est un pur autodidacte, passionné de chiffres et de l'univers boursier, il développe lui-même ses propres stratégies de trading automatique.
Administrateur du site BoursiKoter.com, algo forex trader pour compte propre, analyste technique, auteur du livre "Maitrisez le Bourse" disponible ici , et animateur de conférences au salon du trading, il est reconnu pour son sens pédagogique, et partage le fruit de ses recherches d'une manière simple, mais efficace...

Voir tous les posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

activtrades

Courtiers Partenaires

money management

Restez informés

Abonnez vous à la newsletter

captcha

activtrades

Posts Récents du Forum