boursikoter.com >> Actualités >> News >> Wall Street : Le SP 500 repasse sous les 3900 pts

Wall Street : Le SP 500 repasse sous les 3900 pts

Wall Street a connu un début de semaine décevant, avec une vente de grandes sociétés technologiques ce qui a entraîné une baisse significative du Nasdaq 100, qui a chuté de 2,63% sur la journée, mais qui a également entraîné le S&P 500 à la baisse de 0,77%, sa cinquième journée consécutive de baisse et le principal indice américain perdre son emprise sur le niveau de 3900 et tomber aussi bas que les 3870.

Les raisons exactes de la baisse des grandes sociétés technologiques qui ont vu les actions Microsoft chuter de 2,68%, les actions Alphabet de 1,65%, les actions Amazon de 2,13%, les actions Apple de 2,98% et les actions Tesla de 8,55% ne sont pas claires. Le renforcement de la surveillance réglementaire est un facteur potentiel ; le FT a rapporté ce week-end que l’organisme britannique de surveillance de la concurrence avait averti les grands noms de la technologie des enquêtes antitrust à venir et que la prise de bec actuelle de Facebook avec l’Australie concernant le partage de nouvelles sur ses plateformes ne met pas les grands noms de la technologie sous un bon jour. Parallèlement, les analystes de marché suggèrent également que la hausse des taux d’intérêt éloigne les investisseurs de certains des noms les plus couteux de la croissance.

Pendant ce temps, le Dow Jones a gagné 0,1 % ce jour, alors que les actions Disney ont grimpé de 4,42 % pour atteindre de nouveaux records. La société multiplie ses productions en langue locale en Europe, avec des commandes de France, d’Allemagne, d’Italie et des Pays-Bas inclus, et 50 spectacles originaux attendus d’ici 2024.

Les actions qui devraient bénéficier de la hausse de l’inflation ont bien résisté, l’indice énergétique (+3,47 %) étant en tête dans un contexte de flambée des prix du pétrole brut (le WTI a clôturé la séance à 2,25 $ au-dessus de 61,50 $), mais les secteurs des finances (avec des rendements plus élevés), des matériaux, de l’immobilier et de l’industrie ont également bien résisté. La technologie a bien sûr été la grande perdante dans un contexte de baisse des grands noms, tandis que le secteur de la consommation discrétionnaire s’est également mal comporté, avec une baisse de plus de 2 % due à la vente de Tesla. Les actions de valeur ont largement surpassé les actions de croissance, les investisseurs ayant misé sur la réouverture de l’économie.

La baisse de cinq jours du marché boursier américain semble toujours être motivée par les préoccupations concernant l’impact de la hausse des rendements obligataires américains, les rendements américains sur dix ans ayant atteint lundi un sommet de près de 1,40 %. Les marchés semblent parier sur une inflation plus élevée à l’avenir (d’où le rallye des matières premières et l’accentuation de la courbe UST), ce qui en soi pourrait ne pas être un problème pour les actions, mais les marchés financiers semblent également parier maintenant que cette hausse de l’inflation entraînera une réponse monétaire plus précoce de la part de la Fed. Les marchés monétaires estiment maintenant qu’il y a 70 % de chances que la Fed augmente les taux d’intérêt de 25 points de base d’ici la fin de 2022, alors que la probabilité était de 50 % à la fin de la semaine dernière.

Les prévisions optimistes et les commentaires des grandes banques américaines sur l’état de l’économie américaine ne semblent pas aider ces attentes d’une Fed plus belliciste qu’on ne le pensait auparavant. Crédit Suisse a déclaré lundi qu’il s’attendait à ce que la croissance du PIB américain soit plus forte que jamais au cours des 35 dernières années et que les investissements des entreprises soient deux fois plus rapides que l’économie au sens large. Dans le même temps, Bank of America a relevé lundi ses prévisions de croissance du PIB américain pour 2021 à 6,5 % et ses prévisions pour 2022 à 5 %, citant les attentes d’un plan de relance plus important, de meilleures nouvelles concernant la pandémie de Covid-19 et des données économiques encourageantes récentes. Sur le premier point, le Congrès est sur le point d’adopter le plan de relance de 19 milliards de dollars du président américain Joe Biden et les membres du Congrès semblent également tourner leur attention vers un vaste programme d’investissement dans les infrastructures qui pourrait atteindre 3 milliards de dollars (dont certains aspects semblent bénéficier d’un large soutien bipartite).

Brian Reynolds a déclaré, en parlant des inquiétudes qui ont conduit à la récente baisse des actions, que “les gens font des montagnes de taupinières”. Reynolds a souligné que les rendements des obligations de pacotille ont atteint des niveaux historiquement bas la semaine dernière, ce qui pourrait suggérer qu’il y a eu un glissement de la sécurité des bons du Trésor vers le risque de la dette des entreprises. “C’est une tendance haussière pour les actions”, a conclu M. Reynolds.

Pour demain, les marchés boursiers se concentreront sur les commentaires du président de la Fed, Jérôme Powell, lors de son témoignage semestriel devant le Congrès, mardi à 15h00 GMT. M. Powell s’exprimera également mercredi à 15h00 GMT, mais il s’agira d’un copier-coller des remarques de mardi. Le président de la Fed va probablement réitérer ses récentes remarques plutôt dovish concernant le fait que la Fed ne commencera à relever les taux d’intérêt que lorsqu’elle aura atteint son objectif d’inflation moyenne de 2 % et que l’économie américaine aura atteint le plein emploi et que le programme d’assouplissement quantitatif de la FED ne sera retiré que lorsque des progrès “substantiels” auront été atteints dans la réalisation des objectifs en matière d’inflation et d’emploi.

Le marché se concentrera principalement sur les propos de M. Powell concernant la récente hausse des rendements obligataires américains. La semaine dernière, John Williams, membre influent du FOMC et président de la Fed de New York, a déclaré que la récente hausse n’était pas préoccupante, étant donné que l’augmentation des rendements est due à des facteurs positifs tels que les attentes d’une croissance économique et d’une inflation plus élevées aux États-Unis. Powell devrait dire quelque chose de similaire et cela pourrait être considéré comme un “feu vert” pour que les rendements augmentent encore (cela pourrait peser sur les actions).

Certains analystes pensent qu’il existe une possibilité extérieure qu’il tente de faire baisser les rendements en rappelant aux marchés que la Fed conserve la possibilité de modifier, voire d’étendre son programme d’assouplissement quantitatif. Cela aurait probablement pour effet de réduire les rendements et pourrait avoir un effet positif sur les actions.



Gilles Santacreu

Gilles Santacreu

Gilles Santacreu est un pur autodidacte, passionné de chiffres et de l'univers boursier, il développe lui-même ses propres stratégies de trading automatique.
Administrateur du site BoursiKoter.com, algo forex trader pour compte propre, analyste technique, auteur du livre "Maitrisez le Bourse" disponible ici , et animateur de conférences au salon du trading, il est reconnu pour son sens pédagogique, et partage le fruit de ses recherches d'une manière simple, mais efficace...

Voir tous les posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

activtrades

Courtiers Partenaires

money management

Restez informés

Abonnez vous à la newsletter

captcha

activtrades

Posts Récents du Forum