Dovish

Adjectif, traduction : Colombe

ColombeUne colombe est un conseiller en politique économique qui favorise les politiques monétaires impliquant généralement des taux d’intérêt bas. Les colombes ont tendance à soutenir des taux d’intérêt bas et une politique monétaire expansionniste parce qu’elles accordent plus d’importance à des indicateurs tels qu’un faible taux de chômage qu’au maintien d’une faible inflation. Si un économiste suggère que l’inflation a peu d’effets négatifs ou appelle à un assouplissement quantitatif, il est alors appelé colombe ou qualifié de dovish.

Les colombes sont perçues comme étant plus intéressées par la stimulation de la croissance de l’emploi grâce à des taux d’intérêt bas que par le contrôle de l’inflation.
Ses détracteurs affirment qu’une politique monétaire modérée, si elle n’est pas contrôlée, pourrait faire surchauffer l’économie et entraîner une inflation galopante.
L’opposé d’une colombe est un faucon, c’est-à-dire un conseiller politique qui favorise une politique monétaire stricte pour contrôler l’inflation.
Souvent, le meilleur scénario pour une économie saine est celui où les responsables de la politique monétaire sont capables de passer d’une position de faucon à une position de colombe lorsque la situation l’exige.

Les colombes préfèrent des taux d’intérêt bas pour encourager la croissance économique, car ils ont tendance à augmenter la demande d’emprunts des consommateurs et à stimuler leurs dépenses. Par conséquent, les colombes estiment que les effets négatifs des taux d’intérêt bas sont relativement négligeables. Toutefois, si les taux d’intérêt sont maintenus bas pendant une période indéfinie, l’inflation augmente.

Dérivé de la nature placide de l’oiseau du même nom, ce terme est l’opposé de “faucon” (hawkish). Un faucon est, à l’inverse, quelqu’un qui croit que des taux d’intérêt plus élevés freineront l’inflation.

Ce n’est pas le seul cas en économie où des animaux sont utilisés comme descripteurs. Les termes “taureau” et “ours” sont également utilisés, le premier faisant référence à un marché affecté par la hausse des prix, tandis que le second désigne généralement un marché où les prix sont en baisse.

Aux États-Unis, les colombes sont généralement les membres de la Réserve fédérale chargés de fixer les taux d’intérêt, mais le terme s’applique également aux journalistes ou aux hommes politiques qui font pression en faveur de taux bas. Ben Bernanke et Janet Yellen ont tous deux été considérés comme des colombes pour leur engagement en faveur de taux d’intérêt bas. Paul Krugman, économiste et auteur, est également une colombe en raison de son plaidoyer en faveur de taux bas.

Mais les gens ne doivent pas nécessairement être l’un ou l’autre. En fait, Alan Greenspan, qui a été président de la Réserve fédérale entre 1987 et 2006, était considéré comme un faucon en 1987. Mais cette position a évolué au fil du temps et il est finalement devenu plus dovish, alors qu’il faisait face à l’éclatement de la bulle Internet des années 1990, ainsi qu’à l’impact de l’attaque du 11 septembre 2001 et d’autres événements majeurs qui ont changé le monde. De manière réaliste, le peuple des États-Unis, qu’il s’agisse d’investisseurs ou de non-investisseurs, souhaite un président de la Fed capable de passer du faucon à la colombe en fonction de la situation.

Lorsque les consommateurs se trouvent dans un environnement de taux d’intérêt bas créé par une politique monétaire dovish, ils sont plus enclins à contracter des prêts hypothécaires, des prêts automobiles et des cartes de crédit. Cela stimule les dépenses en encourageant les personnes et les entreprises à acheter dans le présent alors que les taux sont bas plutôt que de reporter l’achat pour l’avenir, lorsque les taux pourraient être plus élevés. Cette frénésie de dépenses affecte l’ensemble de l’économie. L’augmentation de la consommation peut contribuer à créer ou à soutenir des emplois, ce qui est souvent l’une des principales préoccupations du système politique, tant du point de vue de la fiscalité que de celui des électeurs heureux.

Toutefois, la demande globale finit par entraîner une augmentation du niveau des prix. Une partie de cette augmentation est due à la hausse des niveaux d’emploi. Lorsque cela se produit, les travailleurs ont tendance à gagner des salaires relativement plus élevés, car l’offre de travailleurs disponibles diminue dans une économie dynamique. Les salaires plus élevés sont donc intégrés dans le prix des produits. À cela s’ajoutent des facteurs macroéconomiques créés par l’expansion de la masse monétaire et du crédit, dont la valeur diminue parce qu’ils sont abondants. Cela rend les coûts des intrants pour les produits dépendant des chaînes d’approvisionnement dans une autre devise plus chers en dollars. Si l’on additionne tout cela, on obtient l’inflation. Si elle n’est pas maîtrisée, l’inflation peut être aussi destructrice qu’un taux de chômage élevé dans une économie stagnante.


Gilles Santacreu

Gilles Santacreu est un pur autodidacte, passionné de chiffres et de l'univers boursier, il développe lui-même ses propres stratégies de trading automatique.
Administrateur du site BoursiKoter.com, algo forex trader pour compte propre, analyste technique, auteur du livre "Maitrisez le Bourse" disponible ici , et animateur de conférences au salon du trading, il est reconnu pour son sens pédagogique, et partage le fruit de ses recherches d'une manière simple, mais efficace...

Voir tous les posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

activtrades

Courtiers Partenaires

livre bourse

Restez informés

Abonnez vous à la newsletter

captcha

activtrades

Posts Récents du Forum