Wall Street : Les indices évoluent sur leurs sommets historiques.

Les marchés boursiers américains ont connu une séance globalement stable, les principales bourses affichant des pertes très modestes, les investisseurs reprenant leur souffle et abandonnant certains risques après la forte hausse de lundi, qui a atteint des niveaux record. Néanmoins, le S&P 500 (qui a terminé en baisse de 0,1 %) a pu atteindre de nouveaux sommets historiques intradays dans la première moitié de la séance, dans la zone des 4080. Le Dow a perdu 0,3 %, le Nasdaq 100 un peu plus de 0,1 % et le Russell 2000 un peu plus de 0,2 %. L’indice de volatilité CBOE a connu une modeste hausse de 0,21 pour atteindre un peu plus de 18,0. En ce qui concerne les secteurs GICS, on a observé un très léger biais défensif, les services publics (+0,5 %) et les biens de consommation de base (+0,3 %) ayant sur-performé et les technologies de l’information (-0,4 %) ayant sous-performé.

Alors que de nouvelles preuves de la vigueur de la reprise du marché du travail américain publiées mardi (le nombre d’offres d’emploi JOLTS a atteint son niveau le plus élevé depuis deux ans en février) ont soutenu les actions, certains investisseurs semblent avoir voulu prendre leurs bénéfices après la récente hausse. Certains acteurs de marché ont également attribué la nervosité à l’approche de la saison des bénéfices à la volonté de certains participants de prendre des bénéfices ; la prochaine saison des résultats devrait montrer une croissance des bénéfices du S&P 500 de 24,2 % en glissement annuel, selon les données de Refintiv. Une grande partie de cette croissance reflète des effets de base, le premier trimestre 2020 ayant été un mauvais trimestre pour les bénéfices, avec l’imposition du premier confinement Covid-19. Cependant, il n’y a pas que des effets de base ; rappelons que les bénéfices du S&P 500 ont augmenté de plus de 10 % en glissement annuel au quatrième trimestre 2020 (c’est-à-dire bien au-dessus des niveaux pré-pandémiques).

Les dernières prévisions des Perspectives de l’économie mondiale du FMI étaient optimistes, notamment en ce qui concerne les perspectives de croissance de l’économie américaine en 2021. Cela reflète bien sûr en grande partie l’impact des deux énormes plans de relance budgétaire déjà adoptés aux États-Unis cette année. Mais les prévisions de croissance du FMI de 6,4 % pour les États-Unis en 2021 (révisées à la hausse par rapport à leurs prévisions de 5,1 % en janvier) reflètent également les espoirs d’une reprise rapide après le déploiement des vaccins et le fait que la pandémie sera essentiellement maîtrisée.

Par ailleurs, et pour inciter les investisseurs actions à la prudence, les nouvelles concernant les impôts sur les sociétés se sont multipliées ; la dynamique semble s’accélérer en vue d’un accord OCDE/G20 sur un taux minimum mondial d’imposition des sociétés. Les États-Unis, qui cherchent à augmenter le taux d’imposition des sociétés au niveau national et souhaitent ne pas perdre trop d’avantages concurrentiels, font pression pour obtenir un accord et les principaux pays européens (France et Allemagne) semblent être d’accord.

Dans une enquête publiée par la banque canadienne RBC, les analystes ont déclaré que “la fiscalité est généralement un sujet majeur, 93 % des personnes interrogées estimant qu’il est probable ou très probable que Biden obtienne des résultats significatifs en matière d’impôt sur les sociétés, 75 % s’attendant à des mesures significatives en matière d’impôt sur les personnes physiques et 59 % en matière d’impôt sur les plus-values”. D’autres bureaux ont lancé des chiffres sur l’impact des différents scénarios de hausse de l’impôt sur les sociétés sur le bénéfice par action du S&P 500. Une alerte à la baisse de 8 % du bénéfice par action dans le cas où les États-Unis porteraient leur impôt sur les sociétés de 21 % à 28 % a été lancé.

La séance de mercredi sera principalement consacrée à la publication du procès-verbal de la réunion de mars du FOMC, qui précède les remarques du président de la Fed, Jerome Powell, lors du panel du FMI jeudi. Un autre facteur à surveiller est le taux d’infection par le virus Covid-19 aux États-Unis, qui continue d’augmenter progressivement ; les responsables sanitaires américains ont tiré la sonnette d’alarme, estimant qu’il pourrait s’agir du début d’une troisième vague d’infections. Néanmoins, le gouverneur de Californie a annoncé mardi que, tant que l’approvisionnement en vaccins est suffisant et que les taux d’hospitalisation restent stables et faibles, la quasi-totalité des restrictions imposées aux entreprises par le Covid-19 devraient être levées d’ici le 15 juin.



Gilles Santacreu

Gilles Santacreu

Gilles Santacreu est un pur autodidacte, passionné de chiffres et de l'univers boursier, il développe lui-même ses propres stratégies de trading automatique.
Administrateur du site BoursiKoter.com, algo forex trader pour compte propre, analyste technique, auteur du livre "Maitrisez le Bourse" disponible ici , et animateur de conférences au salon du trading, il est reconnu pour son sens pédagogique, et partage le fruit de ses recherches d'une manière simple, mais efficace...

Voir tous les posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

activtrades

Courtiers Partenaires

money management

Restez informés

Abonnez vous à la newsletter

captcha

activtrades

Posts Récents du Forum