Wall Street : Powell fait grimper les rendements des obligations et chuter les actions.

Jeudi, les actions américaines ont été vendues pour le troisième jour consécutif. Le S&P 500 a clôturé sous le niveau de 3800 pour la deuxième fois seulement depuis le début du mois de février, perdant 1,3 %, soit environ 50 points sur la journée. Il est vrai que l’indice a connu un beau rebond après avoir atteint un plancher de 3725, clôturant la séance à un peu moins de 3770. L’indice Dow Jones des valeurs industrielles s’est un peu mieux comporté, avec une baisse de 1,1%, bien que l’indice ait perdu son emprise sur le niveau 31K, tandis que le Nasdaq 100 a chuté de 1,7% à moins de 12.500 et le Russell 2000 de 2,8%.

Après la séance de jeudi, les pertes du S&P 500 sur le mois s’élèvent maintenant à 1,1% et les gains de l’indice sur l’année ont été érodés à seulement 0,3%. La situation est pire pour le Nasdaq 100 ; l’indice est maintenant en baisse de près de 3,5% sur le mois, de 3,3% sur l’année et a maintenant reculé de 10% par rapport aux récents sommets. Cela signifie que le Nasdaq 100 est en zone de “correction”. Les choses sont loin d’être aussi mauvaises pour le Dow Jones, qui est stable sur le mois, toujours en hausse de 1 % sur l’année et en baisse de 3,3 % par rapport aux récents sommets.

En termes de performance sectorielle, le secteur de l’énergie du S&P 500 (+2,5 %) a été le plus performant, dans un contexte de reprise étonnante des marchés du pétrole brut. Les marchés du pétrole ont grimpé en flèche (WTI + 4,6 %) à la suite de l’annonce que l’OPEP n’augmenterait pas la production de pétrole en avril et que les Saoudiens reconduiraient leurs réductions volontaires de production de 1 million de barils par jour (qui devaient se terminer à la fin de ce mois) jusqu’à la fin du mois d’avril. Pendant ce temps, l’indice S&P 500 du secteur des services publics n’a baissé que de 0,2 % et l’indice du secteur des services de communication est resté stable, alors que les actions de Google ont progressé de 1,1 % et Facebook de 0,9 %. La plupart des autres secteurs se sont mal comportés.

Les rendements obligataires américains ont augmenté pour le deuxième jour consécutif jeudi ; le rendement à 10 ans, après avoir progressé de 9 points de base mercredi, a encore augmenté de près de 7 points de base jeudi et se négocie autour de 1,55 %. Les rendements réels ont également augmenté, les rendements des TIPS à 10 ans ayant progressé de 9 points de base pour dépasser les -0,65 %.

Le rallye des rendements obligataires américains fait suite aux remarques du président de la Fed, Jerome Powell, lors d’un événement en ligne de la WSJ ; Powell s’en est tenu à son scénario dovish habituel mais n’a pas donné au marché “ce qu’il voulait”. Ce que le marché voulait, c’était que Powell parle des types de politiques que la Fed pourrait employer pour lutter contre la hausse des rendements obligataires (comme le contrôle de la courbe des taux ou l’extension de la maturité moyenne pondérée, etc.) ). Il a refusé de se laisser entraîner à parler de ces sujets, ce qui semble avoir été interprété comme une réticence à lutter contre la hausse des rendements obligataires, d’où leur augmentation.

La hausse des rendements, comme cela a si souvent été le cas depuis la mi-février, a fini par être néfaste pour les marchés boursiers, d’autant plus que le rendement de l’obligation à 10 ans est revenu au-dessus du rendement du dividende du S&P 500 (de 1,48%). Les investisseurs semblent craindre que, dans l’attente d’une reprise économique rapide après le blocage ou la fin de la pandémie et de nouvelles mesures de relance budgétaire, les rendements obligataires à long terme pourraient être beaucoup plus élevés et, pour l’instant, la Fed ne sait pas avec certitude quand et comment elle pourrait intervenir.

Pour l’avenir, l’accent sera mis sur l’étude officielle du marché du travail américain de vendredi (NFP). Un chiffre plus élevé que prévu (possible compte tenu de l’assouplissement du verrouillage des marchés aux États-Unis en février) pourrait entraîner une nouvelle hausse des rendements obligataires, qui sera très probablement à nouveau négative pour le marché boursier.



Gilles Santacreu

Gilles Santacreu

Gilles Santacreu est un pur autodidacte, passionné de chiffres et de l'univers boursier, il développe lui-même ses propres stratégies de trading automatique.
Administrateur du site BoursiKoter.com, algo forex trader pour compte propre, analyste technique, auteur du livre "Maitrisez le Bourse" disponible ici , et animateur de conférences au salon du trading, il est reconnu pour son sens pédagogique, et partage le fruit de ses recherches d'une manière simple, mais efficace...

Voir tous les posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

activtrades

Courtiers Partenaires

money management

Restez informés

Abonnez vous à la newsletter

captcha

activtrades

Posts Récents du Forum