boursikoter.com >> Actualités >> News >> Wall Street : Positif en attendant le plan de relance de Joe Biden

Wall Street : Positif en attendant le plan de relance de Joe Biden

La journée a été mitigée, mais globalement positive pour Wall Street en fin de compte, le S&P 500 a clôturé avec des gains modestes d’environ 0,2%, après avoir de nouveau glissé brièvement sous les 3780 (en pré-marché) et de nouveau repoussé au-dessus de la barre des 3800, bien que l’indice ait encore du mal à tester ses sommets historiques atteints vendredi dernier. Pendant ce temps, l’indice Dow Jones des valeurs industrielles est resté stable (il s’échange toujours au-dessus de 31 000) et l’indice Nasdaq 100 a augmenté de 0,6 %, mais n’a pas réussi à retrouver le niveau de 13 000 pts. Le Russell 2000 (actions de petite capitalisation) a sous-performé dans un contexte de prise de bénéfices après que l’indice ait atteint de nouveaux sommets historiques en début de semaine.

Aucun thème particulier n’a été à l’origine de la hausse des actions ; les rendements des obligations américaines ont chuté et la courbe s’est aplatie pour un deuxième jour consécutif (ce qui aurait pu aider les actions). La pression sur les rendements et les pentes de la courbe a été une forte demande pour la dette américaine lors des adjudications de 10 ans de mardi et de 30 ans de mercredi et divers membres de la Fed qui semblaient réticents à l’idée de voir la Fed mettre fin à son programme d’assouplissement quantitatif dans un avenir proche (le président de la Fed, Jerome Powell, en dira plus à ce sujet jeudi). Bien sûr, le commentaire de la Fed lui-même a probablement aidé les marchés boursiers tout comme il a fait pression sur les rendements.

Les chiffres de l’inflation de décembre ont montré que l’inflation globale a augmenté à 1,4 % en glissement annuel, ce qui reste bien en dessous de l’objectif de 2 % de la Fed, bien que l’on s’attende à une hausse significative de l’inflation dans les mois à venir (d’où la non-réactivité des marchés). Les marchés n’ont pas non plus réagi à la publication du dernier Beige Book de la Fed, qui est pourtant un résumé de la santé économique des États-Unis. Un point clé souligné dans le dernier rapport était que “bien que la perspective des vaccins COVID-19 ait renforcé l’optimisme des entreprises pour la croissance de 2021, cela a été tempéré par l’inquiétude concernant la récente résurgence du virus et les implications pour les conditions à court terme”.

Les mises en accusation théâtrales voleront probablement une grande partie des titres de la presse jusqu’à la fin de la semaine, mais il est peu probable qu’elles affectent beaucoup les marchés. En effet, la Chambre des représentants américaine vient de voter la destitution du président, la majorité démocrate étant soutenue par un certain nombre de républicains en colère. Cependant, le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a indiqué qu’il ne consentira pas à convoquer à nouveau le Sénat immédiatement, ce qui signifie qu’il n’y a pratiquement aucune chance qu’un vote sur la destitution du président américain Donald Trump soit possible au Sénat avant la fin de son mandat.

Cela signifie que la mise en accusation devra se faire sous l’administration Biden, ce qui, selon certains, pourrait entraver ou détourner les priorités législatives de l’administration Biden, telles que la poursuite de l’aide Covid-19. Toutefois, les retards ne devraient pas dépasser quelques semaines, ce qui n’aura que peu d’importance pour les perspectives économiques américaines.

L’annonce du plan de relance du nouveau président américain Joe Biden jeudi, ainsi qu’un discours du président de la Réserve fédérale Jerome Powell, seront beaucoup plus importants pour les marchés boursiers. En ce qui concerne le premier, des détails divulgués mercredi ont indiqué que le plan comprendra de généreuses prestations pour les familles pauvres et de classe moyenne avec enfants. En ce qui concerne le second, les marchés sont à l’affût de ce que Powell a dit concernant les plans de réduction de son programme d’achat d’actifs ; comme d’autres responsables de la Fed comme le vice-président Richard Clarida, il est probable qu’il dise qu’il est beaucoup trop tôt pour penser à réduire et que le rythme actuel des achats est susceptible d’être approprié au moins jusqu’en 2021. En attendant, la saison des résultats démarre vendredi avec les publications de certaines des grandes banques américaines.



Gilles Santacreu

Gilles Santacreu

Gilles Santacreu est un pur autodidacte, passionné de chiffres et de l'univers boursier, il développe lui-même ses propres stratégies de trading automatique.
Administrateur du site BoursiKoter.com, algo forex trader pour compte propre, analyste technique, auteur du livre "Maitrisez le Bourse" disponible ici , et animateur de conférences au salon du trading, il est reconnu pour son sens pédagogique, et partage le fruit de ses recherches d'une manière simple, mais efficace...

Voir tous les posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

activtrades

Courtiers Partenaires

livre bourse

Restez informés

Abonnez vous à la newsletter

captcha

activtrades

Posts Récents du Forum